Le SNARF, le syndicat qui vous informe...

Le SNARF, le syndicat qui vous conseille...

Le SNARF, le syndicat qui vous défend...

Venez rejoindre LE syndicat des anesthésistes
et réanimateurs de France.

Editorial : Avenant 9

publié le 29-07-2021

Nous avons tous l'habitude, lorsqu'arrivent les négociations conventionnelles, de disparaître des radars de la CNAM. L'anesthésie-réanimation sert au mieux de variable d'ajustement à la baisse.

Le message de l'ancien directeur général Mr Revel, au début de la crise Covid et lors de la mise en place des mesures d'accompagnement, était particulièrement clair : "la caisse n'a pas pour vocation à assurer le chiffre d'affaire des praticiens". L'avenant 9 en négociation actuellement est du même acabit. 

Un effort financier est annoncé : il est promis pour plus de 50% aux éditeurs de logiciels pour assurer la maintenance la portabilité et la mise à niveau pour développer le nouveau DMP. Cela ne devrait pas être comptabilisé. La somme restante est affectée pour moitié aux spécialistes de médecine générale et pour moitié aux autres spécialités. Une volonté nécessaire est de cibler les spécialités les plus en difficulté (pédiatrie psychiatrie, endocrinologie … ) L'anesthésie-réanimation n'est concernée que par la revalorisation de l'APC. Voilà pour les considérations financières qui sont finalement faibles à coté des concessions faites sur le parcours de soin, le passage obligatoire par le médecins généraliste pour les consultations non programmées et l'adressage au tarif opposable. La nouvelle organisation fait la part belle à la régulation dont sont exclus les spécialistes.

Quand au dossier médical personnalisé, il n'est pas surprenant de voir que l'argent qui y est affecté pour son développement est tout sauf orienté vers ceux qui ont pour vocation de le faire vivre. Toutes les questions éthiques et déontologiques restent posées. L'anesthésie réanimation peut s'enorgueillir d'avoir la fiche de synthèse la plus concise et la plus adaptée à la prise en charge des patients hospitalisés.

Nous sommes loin très loin de l'ambitieux Ségur.

L'anesthésie-réanimation a pourtant été l'une des spécialité les plus impactée, tant par son engagement que par la perte d'activité générée par les fermetures de blocs opératoires imposées, par la mise à disposition de son personnel, par la réalisation de missions non cotées et non valorisées. Tout cela a été mentionné dans toutes les commissions auxquelles nous avons participé. Tout cela a été écrit aux différentes instances. Le courrier au ministre est resté lettre morte.

Les cabinets médicaux pourtant employeurs de personnel soignant (les hôpitaux publics ont bien été heureux de disposer de notre personnel IADE) ne sont pas, à l'inverse des cliniques, reconnus comme établissements de santé. Ils n'ont donc bénéficié d'aucune garantie de chiffre d'affaires. Ils n'ont pas bénéficié des revalorisations de GHS conséquentes pour mettre en place le SEGUR de la santé cher au ministre. La convention les ignore également : aucune revalorisation alors que la CCAM technique le permet via le coût de la pratique.

La loi de santé semble également oublier les personnels salariés des cabinets médicaux comme concernés par la vaccination. Comme si les patients étaient admis directement en établissement de santé.
Un autre effet pervers de la compensation pour les établissements apparaît. Alors que les redistributions aux actionnaires australiens vont bon train, nombre d'établissements n'ont pas anticipé la reprise et, s'étant séparés de son personnel intérimaire et en CDD, peinent à remplir leurs obligations contractuelles pour maintenir l'ensemble des blocs opératoires et des lits de réanimation ouverts.

Il est paradoxal de voir que de nombreux praticiens qui dénoncent ces pratiques voient leur contrat remis en question. C'est le rôle du syndicat de défendre la profession et de s'engager auprès de ceux qui sont attaqués. N'hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes que vous rencontrez dans vos établissements.

Le syndicat apporte son soutien et ses conseils.

Je souhaite à ceux qui sont en vacances d'en profiter au mieux. Je remercie ceux qui sont en poste de tenir la barre pour tous.

Syndicalement votre.

Dr Etienne FOURQUET, Président du SNARF

Télécharger le texte intégral de l'avenant 9

Article Hospimedia : l'anesthésie-réanimation reste exclue des négociations de l'avenant 9

   
ADHÉRER AU
SNARF

NOS PARTENAIRES

BRANCHET L'assurance des médecins
ANNONCES
Installation
Demande de remplacement
Offre de remplacement
Divers


Copyright © 2011 SNARF | conception web : OGM Interactive