Le SNARF, le syndicat qui vous informe...

Le SNARF, le syndicat qui vous conseille...

Le SNARF, le syndicat qui vous défend...

Venez rejoindre LE syndicat des anesthésistes
et réanimateurs de France.

COVID-19 Compensation d'activité - Mépris et discrimination inique

publié le 04-05-2020

Il aura fallu six semaines au gouvernement sur proposition de la CPAM pour rendre son verdict et proposer pour compensation une usine à gaz indigne et inégalitaire comme pseudo soutien des médecins libéraux.

Heureusement, il n’aura pas fallu six semaines aux anesthésistes réanimateurs pour répondre à l'appel à la mobilisation du Président de la République : ...

- pour arrêter les programmes opératoires, réorganiser les soins, se préparer à l'arrivée des patients Covid en organisant des parcours spécifiques et en permettant par ailleurs la continuité des soins urgents,

- pour augmenter le nombre de lits de réanimation dans les unités de soins intensifs, dans les salles de réveil et les transformer en réanimation,

- pour se coordonner avec les praticiens hospitaliers, établir des parcours, des protocoles, former le personnel et se mettre, nous et notre personnel, à disposition de tous là où la crise le demande.

C’est grâce à cette mobilisation et cette réactivité venant en soutien des services hospitaliers que l’on a pu passer ce premier pic sans trop de débordement en particulier dans les régions lourdement touchées par la vague de COVID,

Nous avons un statut de libéral conventionné mais les circonstances et le plan Blanc nous imposent un exercice qui ne l’est plus se rapprochant de celui de nos confrères du public. Ceci ne nous a pas empêché de réagir aussi promptement et de continuer.

Nos confrères salariés n’ont pas de perte de revenu et ont des primes. Les établissements privés, comme publics ont reçu une compensation financière correspondant mensuellement au 1/12ème du chiffre d’affaire de 2019.

On octroie aux anesthésistes réanimateurs libéraux une compensation dérisoire, limitée à une partie de nos charges dont l’évaluation est erronée, associé à une prime de moins du 1/3 de celle de nos confrères hospitaliers pour ceux d’entre nous qui ont participé à la prise en charge directe des patients COVID+. Aucune rémunération spécifique n’est prévue pour le travail de ces derniers.

Ceci a pour conséquence une perte de revenus très importante de nos entreprises mettant en danger leur pérennité.

Nous en avons à plusieurs reprises alerté nos tutelles et le ministère de la santé, sans réponse.

Si les applaudissements de 20h nous font chaud au cœur les anesthésistes-réanimateurs libéraux ne sauraient s’en contenter.

LE SNARF maintient plus que jamais sa demande d’une juste compensation pour la perte d’activité de nos entreprises médicales. Elle doit être juste et raisonnable, mensuelle, d’1/12ème du chiffre d’affaire de 2019.

Dans l’attente d’une réponse du Président de la République et du Ministre de la Santé aux courriers intersyndicaux que nous leur avons adressés, nous ne pouvons que conseiller à chacun d’entre vous de récupérer cette prise en charge indigne et partielle comme un acompte.

Nous attendons une réponse adaptée et à la hauteur à l’engagement qui a été le nôtre au cours de cette première vague de la pandémie.

   
ADHÉRER AU
SNARF

NOS PARTENAIRES

BRANCHET L'assurance des médecins
ANNONCES
Installation
Demande de remplacement
Offre de remplacement
Divers


Copyright © 2011 SNARF | conception web : OGM Interactive